Zallaqa : lorsque les Berbères mettaient à genou l’Europe

INTRODUCTION

En l’an 711, 12 000 Berbères vont traverser la méditérranée pour affronter un peuple Germain jusque là invincu : les Wisigoths.

Ces derniers ont réussit à détruire le mythique Empire Romain et à conquérir toute l’Europe de l’Ouest.

Les troupes Amazigh sont dirigeait par le célèbre général Tariq ibn Zyad. Face à lui, 100 000 Wisigoth sous les ordres du roi Rodéric. La victoire des Maghrébins sera totale.

Tout le Sud de l’Europe tombera en deux ans.

Au fil des années beaucoup d’Européens du Sud vont se convertir. Malheureusement la situation politique d’al Andalus va se dégarder : divisions, guerres intestines…

Al Andalus se divisera en une dizaine de petits royaumes faibles et concurrents.

En Espagne et au Portugal les musulmans seront par la suite  humiliés pendant 80 ans par les Chrétiens qui enchaîneront les victoires.

Ces derniers détiennent leur position de force depuis qu’ils ont réussi à mettre leurs différents de côté et à s’unir sous la bannière d’un seul homme : Alphonse de Castille. Celui-ci n’hésite pas à faire payer aux roitelets musulmans d’Espagne des impôts, à mener des raids de pillages sur leurs terres où ses hommes violent les femmes musulmanes devant leurs maris.

Malgré cette situation chaotique, les musulmans d’al Andalus restent divisés en plusieurs états fantoches.

Mais à Séville, un sultan appelle les Maghrébins à l’aide : il s’agit d’Ibn Abbad. À cette époque le Maghreb est uni sous la même banière par la puissante dynastie des Almoravides.

Leur chef est un Amazigh du désert qui va réussir à unifier les tribus Berbères et créer un Etat puissant. Son nom : Yusuf ibn Tachfine.

Ce dernier va répondre à  l’appel d’Ibn Abbad et mobiliser une armée importante. Il convoque tous les dirigeants musulmans de la péninsule Ibérique pour les sommer de s’unir et de lui fournir des hommes. Aucun de ses derniers ne va répondre réellement à son appel hormis le sultan de Séville.

1- L’arrivée des Maghrébins

Face à l’arrivée des Maghrébins, Alphonse demande du renfort à tous les chrétiens d’Europe pour mener une croisade face à cette armée dont la renommée de son invincibilité a traversé les frontières. 

Yusuf ibn Tachfine va même envoyer un message de menace au roi de Castille où il dit : « mes cavaliers et mes fantassins ignorent le repos et ne savent ce que c’est de vivre mollement ! »

Le choc aura lieu à Zallaqa le 23 octobre 1086 et la bataille sera terrible pour Alphonse et ses alliés Français, Anglais et Germains.

En effet, les musulmans écraseront les troupes européennes comme personne ne le fut auparavant. Sur une armée de plus de 100 000 hommes, Alphonse ne rentrera qu’avec une centaine de survivants pour la plupart blessés.

Alphonse restera handicapé à vie suite à cette bataille à cause d’une blessure à la cuisse.

Malgré l’infériorité numérique les Amazigh vont suivre une tactique incroyable. Ils vont diviser en deux leur armée. La première affrontera seule les Européens et devra tenir ses positions toute la journée. L’autre armée se dissimulera derrière une montagne voisine et attendra.

L’objectif : faire croire aux Européens à la fin du 1er jour que l’armée Maghrébine est peu nombreuse et facilement prenable pour envoyer les renforts le 2e jour et attaquer les Européens par l’arrière.

Le plan va marcher à merveille. Le 1er jour les Maghrébins assignés dans le premier bataillon vont vivre les pires moments de leur vie : assauts, blessés, morts, faim, soif, épuisement… mais vont tenir comme des hommes, comme des Amazigh.

Le 2 jours le deuxième bataillon va attaquer les troupes d’Alphonse comme prévu. Paniqué et désorganisé les Européens vont se faire décimer comme jamais.

Les Maghrébins mettront fin à la Reconquista, prendront le contrôle de l’Espagne et du Portugal et régneront sur un Empire gigantesques de 4 millions de kilomètres carrés sur deux continents.

Répondre:

Your email address will not be published.

Site Footer