Abdallah ibn Yasin : l’imam Berbère qui va changer l’histoire de son peuple

Au cours de ce mois béni du Ramadan, nous avons trouvé judicieux de vous présenter une grande personnalité Maghrébine qui a marqué l’histoire de l’Islam et de notre peuple. En espérant vous proposer d’autres articles sur le sujet, tant le nombre de Berbères ayant fait rayonner l’Islam est grand.

1- L’arrivée de l’Islam au Maghreb

Contrairement aux mythes mensongers qui sont rependus aujourd’hui, l’arrivée de l’Islam au Maghreb ne s’est pas réalisée par une arrivée massive et meurtrière d’Arabes venus d’Orient, bien au contraire elle est le fruit de Berbères.

Au VIIIe siècle de notre ère, le littoral Maghrébin était occupé par l’Empire Byzantin (de confession chrétienne), et le reste des terres et de l’arrière-pays était totalement indépendant.

La puissante dynastie Omeyyades basée à Damas décida de chasser les Byzantins de Libye et d’une petite partie de la Tunisie actuelle sans pour autant chercher à s’implanter réellement en territoire Berbère. Quelques années plus tard, les Omeyyades prirent la décision de rentrer sur cette terre par l’intermédiaire du général Oqba ibn Nafah et de ses troupes composées en majorité de Berbères Libyens Luwata qui avaient apprécié le caractère égalitaire de cette nouvelle religion et s’y étaient convertis.

Contrairement à leur victoire sur les Empires Perse et Byzantin qui furent rapides (moins de 5 ans), les musulmans mirent plus de 50 ans pour pouvoir pénétrer dans les grandes villes du Maghreb.

Ils connurent les premières défaites militaires de leur histoire mais parvinrent à leur but par des conversions importantes de Berbères. En effet, ces derniers s’étaient retourné contre leur reine de l’époque, la dénommée Dihiya. Celle-ci avait décidé de pratiquer une politique de la terre brûlée en mettant le feu aux récoltes afin de dissuader les musulmans de revenirau Maghreb, elle qui avait pourtant vaincu les Omeyyades quelques années plus tôt, chose que ni les Perses et les Byzantins n’avait pu réaliser.

Ce retournement permis à l’Islam d’arriver au Maghreb mais seulement dans les villes, le reste du territoire étant peu touché par la nouvelle religion.

Impressionné par la bravoure des Maghrébins, les Omeyyades nommeront dès le début des Berbères à des postes de grandes responsabilités comme le célèbre Amazigh Tarik U Zyad qui fraîchement convertit sera nommé gouverneur de Tanger puis Général de l’armée musulmane qui conquerra l’Europe.

 

2- L’indépendance du Maghreb et leurs victoires écrasantes contre les Califs d’Orient

Peu de temps après, la dynastie Omeyyade n’appliquera plus la justice et l’équité de la même manière. En recherche de ressources pour financer son train de vie fastueux, le Calif Omeyyade Hicham ibn Abdelmalik et ses notables décident d’imposer en plus de la Zakat (impôt obligatoire pour tout musulman), la Jizya pour tous les Berbères du Maghreb. Cette mesure totalement illicite d’un point de vue islamique ne passera pas auprès de la population étant donné que la Jizya est réservée aux non-musulmans.

Un notable de la région de Tanger du nom de Maysara se soulèvera d’abord pacifiquement puis militairement contre cette imposition illégale. Il sera suivi par plusieurs tribus Berbères qui en 739 chasseront les Omeyyades du Maroc. Son mouvement sera suivi par ses successeurs qui en 776 auront définitivement repoussés les Omeyyades puis les Abbassides hors du Maghreb. Ce mouvement rendra la région totalement indépendante de l’Orient et ce jusqu’à nos jours.

Cette indépendance va entraîner le morcellement politique du Maghreb en plusieurs Etats tribaux. Il faudra attendre plus de 250 ans pour qu’un homme providentiel originaire du Souss Marocain change le cours de l’histoire des Berbères à jamais. Son nom : Abdallah ibn Yasin

 

3- Abdallah ibn Yasin : l’imam Berbère qui va changer l’histoire de son peuple

A son époque les régions reculées du Maghreb sont soit païennes soit pagano-musulmane tellement l’ignorance religieuse est présente.

Il fut sollicité par le chef d’une tribu Sanhaja du désert, celle des Lamtuna, pour venir leur enseigner l’Islam et mettre fin aux pratiques hérétiques de ses compatriotes.

Il accepta aussitôt la proposition et quitta sa ville natale pour le rude Sahara.

Il commencera son prêche auprès des différentes tribus Berbères du Sahara mais très vite il se fera expulser de celles-ci ; en effet, les habitants rejettent les enseignements de l’Islam qui vont à l’encontre de leurs pratiques tribales.

Téméraire, Abdallah ibn Yasin va partir avec 7 fidèles sur une presqu’île au large des côtes marocaines pour créer un camp : celui des Mourabitoune, autrement dit « les hommes du Ribat ».

Le terme Ribat n’est pas choisi au hasard ; il désigne dans le Coran et la Sunna le fait d’être vigilant sur les prescriptions religieuses d’une part et le fait de protéger les frontières des terres musulmanes contre les invasions ennemies. Le Messager d’Allah paix et salut sur lui a dit au sujet du Ribat : « deux yeux sont interdit du Feu : celui qui a pleuré par crainte d’Allah et celui qui a monté la garde (le Ribat) sur le sentier d’Allah.

Sur l’île de Tidra l’application du Ribat par Abdallah ibn Yasin va être impitoyable : les volontaires reçoivent un enseignement religieux complet doublé d’entrainements physiques sans concession. La discipline y est implacable.

Dès l’arrivée des volontaires le ton est donné : chacun d’entre eux reçoit 100 coups de fouets en guise de purification. Le moindre manquement aux obligations religieuses est également sanctionné de coups de fouets.

Pour exemple, le simple fait d’élever sa voix à la mosquée et donc de perturber la quiétude du lieu était aussi sanctionné de coup de fouets ; rien n’échappait à Abdallah ibn Yasin.

Au fil des mois, des milliers de Berbères ont rejoint le camp des Mourabitounes, notamment une tribu toute entière.

Cette poignée d’homme mettra définitivement fin au chiisme et au paganisme dans tous le Maghreb. Ils mettront fins aux impôts injustes et aux règnes despotiques des petits royaumes tribaux ; leur devise : « propager la vérité, combattre l’injustice et abolir les impôts illégaux »

 

4- Islamisation du Maghreb et mort héroïque de Abdallah ibn Yasin

Les Mourabitounes (Almoravide en français) vont prêcher l’islam authentique dans tout le Maghreb et rallier à leur cause un très grand nombre de tribus ; cependant certaines vont s’y opposer et notamment l’une des plus puissantes d’entre elles : les Berghwata.

Cette tribu était redevenue païenne au fil des années et manifestait une hostilité profonde envers les musulmans. Son roi avait d’ailleurs massacré et rasé 400 villages qui refusaient d’adopter ses croyances hérétiques.

Face à une telle ignominie il n’y avait qu’une seule issue possible pour les Mourabitoune : le sabre !

Le jour de la bataille, l’imam Abdallah ibn Yasin, combattit sans relâche comme un lion, toujours en première ligne. Il fut grièvement blessé et avant de succomber à ses blessures il dit à ses hommes : « je vais sans doute rejoindre mon créateur ; prenez garde de vous laisser aller à la lâcheté, de faiblir ou de vous décourager ! Soyez unis dans la défense de la foi ».

C’était sans compter sur la discipline de ses hommes qui détruiront les Berghwata dans une guerre qui durera près de dix jours.

Les élèves de Abdallah ibn Yasin, réunifièrent le Maghreb Berbère sous la bannière de l’Islam et prirent le contrôle de toute l’Espagne en mettant fin à la Reconquista. Leur Empire devint la première puissance économique et militaire du monde.

Ils propagèrent l’Islam en Afrique subsaharienne, fondèrent leur capital Marrakech et furent prient comme exemple dans tout le monde musulman à commencer par le célèbre Salahdin qui reprit Jérusalem aux croisés et nomma une des portes de la ville Sainte « la porte des Maghrébins ».

Répondre:

Your email address will not be published.

Site Footer