Caracalla : Empereur Amazigh de Rome et soldat

L’Empire Romain connu au cours de son histoire deux grands ennemis : les Maghrébins et les Germains.

Le premier d’entre eux, se présenta sous plusieurs formes.

D’abord par le puissant Empire de Carthage qui luttait contre Rome pour le contrôle de la méditerranée. Plusieurs guerres éclatèrent et Rome fut à deux doigts de l’effondrement notamment à cause du général Maghrébin Hannibal qui détruira toute les légions romaines sur son passage.

Le salut de Rome ne viendra que par la division des Berbères qui entraînera la chute de Carthage. Les Romains arriveront à s’installer sur les côtes Nord Africaines mais jamais dans l’arrière pays Berbère.

C’est à ce moment que la citoyenneté fut accordée aux premiers Maghrébins. Ces derniers, prédisposés à l’esprit chevalresque, vont intégrer les légions Romaines et se distinguer par leur bravour.

L’un d’entre eux, Septime Severe, deviendra général et écrasera les tribus Germaniques jusqu’au Danube. Il ira même plus loin : en marchant avec son armée sur Rome ; il décimera les grades prétoriennes et les autres généraux Romains rivaux pour devenir Empereur de Rome par la force.

Les historiens Romains de l’époque appelèrent cette prise de pouvoir : la revanche de Carthage.

Septime Severe fondera une dynastie d’Empereur Amazigh qui règneront de pères en fils, s’entourant au passage de conseillers et d’hommes de confiance d’origine quasi-exclusivement Maghrébine.

L’un d’entre eux marquera l’histoire : Caracalla.

Connu pour ses constructions pharaoniques comme les célèbres thermes de Rome, il se distinguera par un comportement héroïque jamais atteint.

Il est rapporté par Cassius Dio, dans son ouvrage « l’histoire Romaine 77.13 » ceci :

« Caracalla avait pour habitude de participer aux batailles avec ses soldats et dans les mêmes conditions : il marchait et courrait à leur côté, ne changeait pas ses habits ni se douchait, il mangeait la même nourriture, réalisait les même tâches qu’eux. Avant chaque bataille il appelait au duel le chef de l’armée adverse pour le terrasser. »

À son époque, Caracalla combattait en Angleterre, en Europe de l’Est, du Nord…

Quel homme que cet Empereur Maghrébin qui préférait la dureté des champs de bataille et la vie de soldat au luxe de la capitale de l’Empire et des plaisirs éphémères.

Répondre:

Your email address will not be published.

Site Footer