Ce que renferme la disparition de Mamoudou Barry

En tant que Maghrébin, la pleurniche et les complaintes ne font pas partie de notre ADN, c’est pourquoi nous ne cherchons absolument pas à condamner l’hostilité que certains ont envers notre peuple.

Nous évoquerons dans cet article uniquement leur deux poids deux mesures ainsi que leur manque d’honnêteté dans le traitement qu’ils ont eu de l’affaire.

 

1- Les faits

Le vendredi 19 juillet 2019, en Normandie, un père de famille Guinéen de 31 ans s’est fait apostropher par un individu perturbé qui l’aurait insulté à plusieurs reprises avec des propos racistes. L’agresseur aurait évoqué selon plusieurs témoins le match Algérie-Sénégal qui avait lieu le même jour.

La victime, Mamoudou Barry, tentera de dialoguer avec l’homme qui l’insultait gratuitement afin de le raisonner.

Malheureusement, son agresseur le frappera avec une violence inouïe à de nombreuses reprises laissant le père de famille Guinéen dans une mare de sang. Ce dernier succombera à ses blessures, puisse Dieu lui accorder les plus hauts degrés du Paradis et apaiser le chagrin de sa famille.

Après trois jours de fake news relayées dans les médias, il s’est avéré que le tueur s’appelle Damien A., qu’il est français de père turc et de mère française, qu’il n’a aucun lien avec les supporters algériens ; pire encore, il est atteint de graves troubles psychiatriques qui peuvent altérer son discernement. D’ailleurs, après avoir assassiné Mamoudou Barry, il n’a pas cherché à partir en cavale mais a tout simplement regagné son domicile comme si de rien n’était.

Son état mental est tellement détérioré, que les policiers qui l’avaient interpellé n’ont pas pu le placer en garde à vue. En effet, il  a été transféré dans une unité psychiatrique de l’hôpital de Rouen.

Damien A., était connu dans le quartier de la gare de Rouen pour avoir déjà insulté plusieurs personnes de façon inexpliquée.

 

2- Comment l’affaire a été médiatisée ?

Le soir même, alors que l’enquête de police n’a même pas débuté, l’affaire va être relayée de façon mensongère par deux types de relais. Ces derniers ne se souciant aucunement du respect de la mémoire de Mamoudou Barry encore à l’hôpital.

Tout d’abord certains médias se revendiquant de la diaspora Subsaharienne tels que « Negro News », vont relayer l’affaire ainsi : un Guinéen s’est fait insulter de « sale Noir » par des supporters algériens puis lyncher à mort. Le média « Negro News » est connu pour avoir une haine viscérale envers les Maghrébins en publiant quantité de fake news à leur sujet et cela depuis plusieurs années.

Ces informations vont ensuite être reprises par ce même relais de la mouvance anti-Maghreb présent chez certains Subsahariens (nous ne généralisons pas bien évidemment) et notamment la LDNA (Ligue de Défense Noire Africaine). Son porte-parole, Egountchi Behanzin,  publiera une vidéo en qualifiant une grande partie du peuple Maghrébin de négrophobe, de raciste, de violent… sans aucune précaution de langage.

Il fera le parallèle entre la mort de l’universitaire Guinéen avec l’esclavage en Libye (sans bien évidemment préciser que les milices mafieuses Libyennes avaient également mis en esclavage des centaines de ressortissants marocains travaillant sur place ni que les réseaux de passeurs s’enrichissant sur la maltraitance des migrants Subsahariens sont exclusivement Noirs et originaires du Niger et du Tchad).

La LDNA, est une organisation qui a tenu des propos racistes envers les Maghrébins et les Blancs à de nombreuses reprises : les premiers étant appelés «plus grand fouteur de merde en France» et les seconds de «singes roses».

Cette organisation afro-centriste ne dénonce jamais les actes négrophobes pratiqués par des Noirs Sud-Africains envers les immigrés des pays voisins qui sont régulièrement lynchés à mort et parfois même brûlés vifs. Aucune réaction de leur part également sur les récents massacres entre Dogons et Peuls au Mali, ni sur les discriminations que subissent les Touaregs au Nord-Mali.

Ensuite, un deuxième relai ayant véhiculé cette affaire de façon tronquée, est celui de l’extrême droite israëlo-comptatible. Nous la distinguons de l’extrême droite traditionnelle Française qui prône une France catholique, indépendante de tout lobby et nationaliste. Cette dernière cherche uniquement à défendre les intérêts de la nation Française et de son peuple.

La droite israëlo-comptabile désigne elle cette nouvelle génération de faux patriotes qui ne jurent que par leur virulence envers la présence Maghrébine en France et leur docilité envers d’autres communautés beaucoup plus influentes.

Nous pouvons citer les cadres du Rassemblement National, les Identitaires, ou encore certains chroniqueurs TV tels que Gilles-William Golnadel ou Barbara Lefebvre qui ont faussement pleuré la mort de l’universitaire Guinéen puis ont insisté pour que les médias évoquent l’origine Maghrébine du tueur, en soulignant au passage le supposé racisme légendaire des Nord-Africains.

Bien évidemment pour ces deux types de relais, leur indignation face à la mort de Mamoudou Barry ne venait qu’en second plan, étant donné que leur but était de mettre en avant le supposé racisme des Maghrébins qui n’hésite pas à tuer de pauvres innocents, tels des sauvages devant être  éradiqués de nos rues. Et c’est ce qui rend le visage totalement hideux de ces réseaux : se servir de la mort d’un brave homme pour déverser sa haine sur le peuple Maghrébin totalement innocent de ce fait divers dramatique.

 

3- Commente expliquer  la rancœur et la haine de certains envers les Maghrébins ?

Le premier point à évoquer est le comportement parfois irrespectueux de certains Maghrébins. Avant de dénoncer les autres il faut avoir l’objectivité de se dénoncer soi-même.

Alors que les manifestations de joie se sont parfaitement bien déroulées en Algérie, cela n’a pas toujours été le cas en France et il faut être lucide pour admettre que la minorité d’éléments perturbateurs peut provoquer de l’hostilité chez les autres communautés.

Ensuite nous pouvons citer les rancœurs, la jalousie et parfois la haine de certains envers les Maghrébins et cela pour des raisons qui n’ont pas lieu d’être.

Notre communauté est encore animée par des valeurs traditionnelles telles que l’amour des siens, l’endogamie, la religion… et cela peut rendre jaloux certains, surtout dans un monde où tous les peuples sont sommés de se soumettre à l’ordre établit du modernisme, du métissage et de la laïcité. Le fait que le Maghrébin fasse partie des derniers groupes d’individus à défendre leurs identités, dans un monde qui se veut sans frontière est une des raisons de ce phénomène.

Enfin, il existe des personnes peu éclairées qui, pour défendre leur peuple, préfèrent haïr les autres et s’inventer un passé qui n’existe pas ; c’est le cas du mouvement afro-centriste qui voue une haine envers tout ce qui n’est pas docile et étranger aux leurs.

Pour eux un bon Maghrébin est celui qui aime s’auto-flageller, s’insulter de tous les noms et qui acceptent de renier son histoire. Etant donné que ce type de Maghrébins est encore peu nombreux, le mouvement afro-centriste accentue son hostilité envers notre communauté.

 

4- Face à cette hostilité généralisée : quelles solutions ?

Tout d’abord, les Maghrébins doivent prendre conscience de ce phénomène et se regrouper autour d’un idéal commun : l’amour du Maghreb et de son peuple.

Ensuite ils doivent se structurer afin de défendre leurs intérêts ; cela passe avant tout par la création de médias permettant de véhiculer leurs idées et de défendre leur image.

Enfin, cela passe par le développement d’une solidarité communautaire qui doit relier les Maghrébins d’Afrique du Nord et de la diaspora à travers des entreprises et une économie.

Pour avoir un idéal commun lié au Maghreb il faut d’abord savoir ce que représente cette terre : son origine Berbère, sa grande histoire, ses grands hommes, son noble peuple, sa culture millénaire… car pour s’aimer il faut se connaître.

C’est ce que notre média tente de faire en traitant de sujets historiques, culturels et sociétaux. A vous de contribuer à ce projet ambitieux en commençant par partager cet article autour de vous.

Répondre:

Your email address will not be published.

Site Footer