GLOIRE ET DÉCLIN DU MAGHREB : L’IMPORTANCE DE LA FOI ET DE L’ESPRIT DE CORPS

Analyse sociologique selon les travaux d’Ibn Khaldoun (historien du 14e siècle) et Mehdi Ghouirgate (historien contemporain).

Le Moyen-Âge marquera l’essor du Maghreb qui va devenir la partie la plus puissante du monde musulman et de l’Occident.

Ce développement va être possible grâce une nouvelle donne politique : l’apparition de dynasties Imazighen réussissant à dominer d’autres confédérations Berbères rivales afin d’y créer une nouvelle forme d’Etat basée sur un ciment unificateur l’Islam et un esprit de corps basé sur leur Berbérité respective.

Cette Berbérité se manifestera par la capacité de la dynastie dominante à imposer son pouvoir aux autres, car l’esprit de corps, même pendant la période islamique du Maghreb faisait que les populations se définissaient d’abord comme Sanhadja, Zénète, Masmouda, Luwata… Elles défendaient donc d’abord le clan qui passait avant tout.

Les Zirides dès le 10e siècle, suivis des Almoravides puis des Almohades réussiront l’unification du Maghreb. Leurs successeurs Mérinides, Zianides et Hafsides nourriront cet objectif sans y parvenir.

Mais tous, poseront les bases d’un Etat Maghrébin devant faire cohabiter plusieurs groupes distincts.

C’est ce système permettant d’unifier un Maghreb morcellé tout en reconnaissant les spécificités tribales des uns et des autres qui permettra de faire de cette terre et de ce peuple une puissance mondiale.

Cette unification se fera donc militairement par un groupe dominant. Une fois achevée, les dynasties vont éviter les révoltes et assurer la paix en répartissant les rôles au sein de l’Etat. La paix apportera la prospérité économique et le développement scientifique.

Ibn Khaldoun décrit la dynastie Ziride comme la plus prospère économiquement. Mehdi Ghouirgate évoquera la puissance des Almoravides et des Almohades qui dépassera les frontières du Maghreb.

Le point de bascule où le Maghreb va être dépassé par l’Europe se situe selon l’universitaire Mehdi Ghouirgate au 15e et 16e siècle où l’Etat Maghrébin centralisé et unificateur va décliner et imploser laissant place à des pouvoirs locaux qui vont abandonner toute velléité de réaliser l’unité de l’Occident musulman.

Les Maghrébins ne seront plus en mesure de défendre leurs voisins Andalous qui disparaîtront. Cet état de fait va se prolonger au 19e siècle où les Maghrébins ne seront plus en capacité de se défendre eux mêmes.

CONCLUSION : les ingrédients de la grandeur Maghrébine de l’époque médiévale reposaient sur deux choses.

1. L’unification d’une région divisée en plusieurs confédération tribales grâce à l’Islam, vecteur du message divin et transmetteur d’un ordre traditionnel sain permettant aux Hommes de fixer le cadre de leur évolution.

2. L’esprit de corps que l’on peut définir par esprit communautaire (3assabiya en arabe, selon Ibn Khaldoun), qui permet de préserver une loi naturelle qui consiste à aimer en priorité les siens et donc à les défendre tout en restant ouvert sur le monde.

Aujourd’hui certains Maghrébins croient à tort que le fait de perpétuer cette division qui a causé notre déclin serait salvateur dans un monde où les grandes puissances sont des Etats-Continents (USA, Chine, Russie, Union Européenne…).

Pour aller plus loin dans la réflexion, nous vous conseillons les ouvrages suivants :

1. Al Muqaddima, d’Ibn Khaldoun
2. L’Ordre Almohade de Mehdi Ghouirgate

Répondre:

Your email address will not be published.

Site Footer