Pourquoi l’Espagne et le Portugal ont été perdus ?

1. La conquête de l’Europe

En 711, une poignée de 12 000 Berbères fraîchements convertis avaient conquis en moins de deux ans l’Espagne et le Portugal.

Portés par leur élan, ils avaient poursuivi leur héroïque épopée en conquérant deux tiers de la France qui était le pays le plus puissant d’Occident. Les Gaulois, à l’époque sous domination des Germains Francs, se rangèrent d’ailleurs du côté des Berbères musulmans.

Nos ancêtres arrivèrent aux porte de Paris, à moins de 100km de la capitale. Mais une guerre civile éclata au Maghreb entre les populations Berbères musulmanes et le Calif Omeyyade Arabe, qui dirrigeait à l’époque tout le monde musulman.

Cette guerre fut lancée par les Berbères qui refusèrent de payer la Jizya, impôt réservé aux non-musulmans en terre d’Islam. De plus, ces derniers s’opposèrent à l’injustice des dirrigeants Omeyyades de l’époque qui détenaient tous les postes importants de l’administration au détriment des autres peuples musulmans.

Cette guerre se soldera par la victoire éclatante des Berbères qui à partir de l’an 740 devinrent totalement indépendant de l’Orient et cela jusqu’à aujourd’hui.

Le Maghreb étant le principal pourvoyeur de soldats pour la conquête de l’Europe, la guerre civile en Afrique du Nord obligea les troupes musulmanes à se retirer de la France et de rester en Espagne et au Portugal pour sécuriser leurs positions sur le vieux continent.

L’histoire de la bataille de Poitiers où Charles Martel aurait vaincu les musulmans et contribué à leur retrait, est une histoire inventée de toute pièce quatre siècles plus tard par les Européens, au moment des croisades.

En effet, pour motiver leurs soldats et briser le mythe du musulman invicible, ces derniers avaient répendu faussement cette victoire n’ayant jamais eu lieu de Charles Martel.

D’ailleurs à l’époque, les Gaulois, véritables authoctones de cette terre, considéraient les Francs (peuple étranger venant de Germanie) comme des envahisseurs. D’où le fait qu’ils avaient noué de nombreuses alliances avec les troupes Berbères musulmanes.

2. Le cas de l’Espagne et du Portugal

Pendant de nombreuses années, ces deux pays du Sud de l’Europe furent dirigés par les musulmans. Il y régnait la liberté religieuse, le respect des minorités et un développement économique sans précédent toucha cette contrée que l’on appelle al Andalus.

Le niveau de vie fut tellement élevé pour l’époque que les habitants d’al Andalus ainsi que leurs dirigeants prirent goût aux plaisirs éphémaires de cette vie.

La division commença à toucher cette province musulmane. Comme dit l’adage, les temps de prospérité engendrent des hommes faibles et ce fut le cas.

Al Andalus se divisa en une vingtaine de petites principautés toutes rivales les unes des autres.

3. Pourquoi avons-nous perdu ce joyaux qu’était al Andalus ?

Les chrétiens d’Espagne et du Portugal s’unir pour la première fois autour d’un seul roi. Face aux divisions musulmanes ils reprirent la bataille et enchaînèrent les victoires.

En quelques années la moitié de la péninsule Ibérique fut conquise par les chrétiens.

Face à cette situation chaotique, les roitelets musulmans continuèrent leurs guerres intestines.

Certains poussèrent la traîtrise à son paroxysme en s’alliant au roi de Castille pour faire la guerre contre leurs propres voisins musulmans.

En total position de force, le roi de Castille faisait payer des impôts à ses vassaux musulmans.

Pire encore, le roi de Castille menaient des incursions en Andalousie musulmane pour y faire des pillages et y violer avec ses troupes des femmes musulmanes parfois devant leurs époux.

Malgré l’urgence de la situation, les musulmans d’al Andalus restèrent divisés. Aucun des rotelets ne voulaient céder son pouvoir au profit d’un autre.

Chacun pensant être meilleur que son voisin.

En 1492, après des années d’humiliation, la dernière principauté musulmane d’Europe tomba sans combattre. Trop lâche pour cela, le prince Boabdil rendra Grenade au roi de Castille.

Aucune armée ne fut levée.

L’économie était mauvaise, l’administration était incompétente et les dirigeants trop preocupés à faire fructifier leur richesse personnelle plutôt qu’à développer leur pays.

Quelques années plus tard les musulmans restés en Espagne furent exterminés, la plupart brûlés vifs par les rois d’Espagne.

4. Notre situation actuelle est en lien avec al Andalus

Aujourd’hui les Maghrebins qui avaient conquit l’Europe virilement sont divisés en plusieurs Etats tous plus faibles les uns que les autres. Comme à l’époque des principautés d’Espagne durant la Reconquista.

Beaucoup de Maghrébins vouent un nationalisme primaire pour l’Algérie ou le Maroc ou la Tunisie et une hostilité à leur voisin. Comme à l’époque des principautés d’Espagne.

Sur le plan international, le Maghreb peut se faire détruire militairement par n’importe quelle nation Occidentale. Comme à l’époque des principautés d’Espagne.

Économiquement et scientifiquement nous avons des années de retard.

Notre population, face à cette situation de crise continue à proner la division en Etats fantôches et faibles. Comme à l’époque des principautés d’Espagne.

Et nos dirrigeant ont comme seule préocupation le fait de garder leur petit pouvoir tout en administrant des pays faibles, tant que leurs richesses personnelles augmentent. Comme à l’époque des principautés d’Espagne.

D’ailleurs la colonisation subie par le peuple Maghrebin au 19e et 20e siècles n’est que la conséquence de cette longue désunion des Maghrébins. Aujourd’hui cette colonisation est économique et politique.

5. La solution pour refaire du Maghreb une puissance mondiale

L’urgence pour notre peuple est d’abord de s’unir en tant que nation Amazigh ET musulmane commune. Cette formule avait fait de nos ancêtres le peuple le plus puissant du monde durant le Moyen-Âge.

Cela n’empêche pas de garder des strates d’autonomies régionales et tribales car nous avons nos spécificités. Mais en plus, de garder à l’esprit cette unité globale entre Maghrébins pour faire face aux grandes puissances de ce monde.

Il faut donc délaisser toute cette hostilité inutile entre Maghrébins.

Et imaginer un Maghreb où les ressources de l’Algérie, du Maroc, de la Tunisie et de la Libye soient réunies pour servir le peuple et construire un Etat fort.

Répondre:

Your email address will not be published.

Site Footer