Yusuf ibn Tachfine : le Maghrébin qui changea le cour de l’histoire !

1- Le contexte historique

400 ans après la conquête musulmane du Maghreb qui fut la plus rude et la plus longue de toutes les campagnes réalisées par les Califes musulmans, le Maghreb de l’époque échappe déjà à toutes influences politiques. Ni les Abbassides de Bagdad, ni les Fatimides du Caire, ni les Omeyades d’Espagne (déjà morcelés en petits royaumes) n’occupent cette terre.

Cela a laissé place à un morcellement politique qui profite à des tyrans locaux et à des organisations tribales rivales. Malgré l’incursion de l’Islam depuis 4 siècles au Maghreb, ses habitants sont peu islamisés car ces derniers se situent loin des centres de pouvoirs islamiques de l’époque. La connaissance de la langue Arabe est également quasi inexistante ce qui complique la diffusion de l’Islam aux masses.

Cela s’explique par le très fort particularisme des Berbères et leur farouche indépendance vis-à-vis de l’autorité centrale que ni les Romains ni les Byzantins n’ont pu définitivement soumettre.

Dans ce contexte, un groupe Berbère habitant au Sud du Maghreb, connaît un mode de vie rude. En effet, la dureté du Sahara a rendu ces Hommes peu attiré par luxe, les mondanités et le confort. Ils sont connus dans tous le Maghreb pour être de fervents guerriers et surtout d’une loyauté inconditionnelle envers le clan, la tribu et l’ethnie.

C’est de ce peuple que va émerger des Hommes qui vont changer l’histoire du Maghreb à tout jamais !

 

2- Abdallah ibn Yasin : le fondateur des Almoravides et le héros du Maghreb islamique

Berbère Sanhadja lui aussi, Abdallah ibn Yasin a étudié plusieurs années les sciences islamiques à Cordoue puis est retourné sur ses terres natales dans l’Atlas et la Région de Sousse (Maroc actuel). Il fut sollicité à l’époque par le chef d’une tribu Sanhadja du désert, pour venir leur enseigner l’Islam et mettre fin aux pratiques païennes de ses compatriotes.

Il accepta aussitôt la proposition et quitta sa ville natale pour le rude Sahara.

Pour Abdallah ibn Yasin l’Islam ne se limite pas à des pratiques spirituelles mais consiste à établir une organisation sociale, politique et religieuse juste, dirigée par un Imam chargé de faire régner l’ordre.

Il commencera son prêche auprès des différentes tribus Berbères du Sahara mais très vite il se fera expulser de celles-ci ; en effet, les habitants rejettent les enseignements de l’Islam qui vont à l’encontre de leurs pratiques tribales parfois païennes.

Téméraire, Abdallah ibn Yasin va partir avec 7 fidèles sur une presqu’île au large des côtes marocaines pour créer un camp : celui des Mourabitoune, autrement dit « les hommes du Ribat ».

Le terme Ribat n’est pas choisi au hasard ; il désigne dans le Coran et la Sunna le fait d’être vigilant sur les prescriptions religieuses d’une part et le fait de protéger les frontières des terres musulmanes contre les invasions ennemies. Le Messager d’Allah paix et salut sur lui a dit au sujet du Ribat : « deux yeux sont interdit du Feu : celui qui a pleuré par crainte d’Allah et celui qui a monté la garde (le Ribat) sur le sentier d’Allah.

Sur l’île de Tidra l’application du Ribat par Abdallah ibn Yasin va être impitoyable : les volontaires reçoivent un enseignement religieux complet doublé d’entrainements physiques sans concession. La discipline y est implacable.

Dès l’arrivée des volontaires le ton est donné : chacun d’entre eux reçoit 100 coups de fouets en guise de purification. Le moindre manquement aux obligations religieuses est également sanctionné de coups de fouets.

Pour exemple, le simple fait d’élever sa voix à la mosquée et donc de perturber la quiétude du lieu était aussi sanctionné de coup de fouets ; rien n’échappait à Abdallah ibn Yasin.

Au fil des mois, des milliers de Berbères ont rejoint le camp des Mourabitounes, notamment une tribu toute entière, les Lamtuna, avec dans leur rang un jeune homme âgé d’à peine 20ans, un certain Yusuf ibn Tachfine.

Cette poignée d’homme mettra définitivement fin au chiisme et au paganisme dans tous le Maghreb. Ils mettront fins aux impôts injustes et aux règnes despotiques des petits royaumes tribaux ; leur devise : « propager la vérité, combattre l’injustice et abolir les impôts illégaux »

 

3- Islamisation du Maghreb et mort héroïque de Abdallah ibn Yasin

Les Mourabitounes (Almoravide en français) vont prêcher l’islam authentique dans tout le Maghreb et rallier à leur cause un très grand nombre de tribus ; cependant certaines vont s’y opposer et notamment l’une des plus puissantes d’entre elles : les Berghwata.

Cette tribu était redevenue païenne au fil des années et manifestait une hostilité profonde envers les musulmans. Son roi avait d’ailleurs massacré et rasé 400 villages qui refusaient d’adopter ses croyances hérétiques.

Face à une telle ignominie il n’y avait qu’une seule issu possible pour les Mourabitoune : le sabre !

Le jour de la bataille, l’imam Abdallah ibn Yasin, combattit sans relâche comme un lion, toujours en première ligne. Il fut grièvement blessé et avant de succomber à ses blessures il dit à ses hommes : « je vais sans doute rejoindre mon créateur ; prenez garde de vous laisser aller à la lâcheté, de faiblir ou de vous décourager ! Soyez unis dans la défense de la foi ».

C’était sans compter sur la discipline de ses hommes qui détruiront les Berghwata dans une guerre qui durera près de dix jours.

 

4- Yusuf ibn Tachfine, l’homme qui unifia le Maghreb

A la mort d’Ibn Yasin, un chef Almoravide s’est particulièrement distingué par sa bravoure sur le champ de bataille : le dénommé Yusuf ibn Tachfine.

Il va terminer l’œuvre entamée par son mentor en achevant l’unité du Maghreb ; chose exceptionnelle, il va réussir à unifier sous la même bannière tous les Berbères du Maghreb d’Alger à Agadir en passant par le désert Mauritanien et sa capitale qu’il fondera lui-même en participant directement à son édification : Marrakech.

Mais son œuvre ne va pas s’arrêter là bien au contraire. Il va vaincre l’Empire polythéiste du Ghana qui est à l’époque le premier producteur d’Or dans le monde. Avec cette conquête il va mettre en place la monnaie la plus puissante du monde, équivalente du dollar d’aujourd’hui grâce à la pureté de son Or : le « Mourabit ». Les commerçants européens ou Egyptiens exigeront même d’être payés en Mourabit, seule monnaie de valeur à leurs yeux !

Yusuf ibn Tachfine va mettre en place un Etat fort et puissant : une administration moderne, des villes mieux fortifiées, une amélioration des systèmes hydrauliques, le développement de l’environnement grâce à l’utilisation de l’eau et un Empire commerciale entre L’Europe et l’Afrique très développé.

 

5- Yusuf ibn Tachfine sultan de l’Europe et de l’Afrique du Nord

En Espagne et au Portugal les musulmans sont humiliés depuis 80 ans par les Chrétiens qui enchaînent les victoires.

Ces derniers détiennent leur position de force depuis qu’ils ont réussi à mettre leurs différents de côté et à s’unir sous la bannière d’un seul homme : Alphonse de Castille. Celui-ci n’hésite pas à faire payer aux roitelets musulmans d’Espagne des impôts, à mener des raids de pillages sur leurs terres où ses hommes violent les femmes musulmanes devant leurs maris.

Malgré cette situation chaotique, les musulmans restent divisés en plusieurs états fantoches.

Mais à Séville, un sultan appelle les Mourabitounes à l’aide : il s’agit d’Ibn Abbad. Yusuf ibn Tachfine va répondre à son appel et mobiliser une armée importante. Il convoque tous les dirigeants musulmans de la péninsule Ibérique pour les sommer de s’unir et de lui fournir des hommes. Aucun de ses derniers ne va répondre réellement à son appel hormis le sultan de Séville.

Face à l’arrivée des Maghrébins, Alphonse demande du renfort à tous les chrétiens d’Europe pour mener une croisade face à cette armée dont la renommée de son invincibilité a traversé les frontières. Yusuf ibn Tachfine va même envoyer un message de menace au roi de Castille où il dit : « mes cavaliers et mes fantassins ignorent le repos et ne savent ce que c’est de vivre mollement ! »

Le choc aura lieu à Zallaqa et la bataille sera terrible pour Alphonse et ses alliés Français, Anglais et Germains.

En effet, les musulmans écraseront les troupes européennes comme personne ne le fut auparavant. Sur une armée de plus de 100 000 hommes, Alphonse ne rentrera qu’avec une centaine de survivants pour la plupart blessés.

Après cette victoire mettant fin à la Reconquista, Yusuf ibn Tachfine et ses hommes rentrent au Maghreb en laissant le pouvoir aux Andalous et en les exhortant de s’unir. Il laissera tout de même une garnison en Espagne.

C’était sans compter sur la traîtrise les roitelets musulmans Andalous qui n’hésiteront pas à trahir leurs engagements. Ils iront même jusqu’à tuer les soldats Maghrébins restaient surplace pour les aider. Face à cet acte de traîtrise Yusuf ibn tachfine va revenir en Espagne et annexer tous les royaumes musulmans pour enfin unifier l’Andalousie musulmane et y infliger d’autres défaites aux Chrétiens.

Son Empire s’étendait sur 4 millions de km² lorsqu’il rendit l’âme en 1106. Il fut le premier homme à unifier toutes les tribus Berbères du Maghreb ainsi que toute la partie Occidentale du monde musulman.

Son fils Ali reprit le flambeau et poursuivra ses conquêtes en Espagne en prenant Saragosse mais aussi au Maghreb en prenant toute la région de Bejaïa.

 

Pour plus de détails, nous vous recommandons l’excellent ouvrage « le sultan du Maghreb » aux éditions Ribat disponible sur le site www.ribateditions.com

 

Répondre:

Your email address will not be published.

Site Footer